Rechercher
  • Emmanuel ROUSSEL

Le Destin mouvementé de Notre-Dame de FRANCHARD

Mis à jour : 24 juil. 2018

Malgré la pauvreté des Archives la concernant, essayons de reconstituer le parcours de Notre-Dame de Franchard, qui a traversé les différentes périodes de notre Histoire locale.

1- Une commande royale pour un pèlerinage en forêt D'abord très modeste, une chapelle fut construite en forêt, près des Gorges de Franchard, habitée par un moine solitaire (XIIè s) qui introduit des ruches tout autour, dont le miel est renommé (abondance des bruyères sur le site). Puis sous Philippe-Auguste, un certain Guillaume, chanoine d'Orléans, décide d'en faire un important couvent de l'Ordre de Saint-Augustin, capable de donner l'hospitalité à une reine de France, Adèle, mère du roi.

Au XIIIè siècle, l'église est consacrée à Notre-Dame et devient Prieuré, placé à la collation du roi. Un siècle plus tard, les sculpteurs d'Île-de-France excellent dans des représentations de Vierge à l'Enfant, élégantes et souriantes, dont les commandes royales dotaient de nombreux édifices religieux. Le Prieuré était en outre le centre d'un pèlerinage très populaire qui voyait affluer dans la forêt les habitants de la région. C'est donc sans doute au XIVè siècle que la statue de Notre Dame a été installée à Franchard, sans qu'on puisse déterminer où elle se trouvait.


2- Une désastreuse Guerre de 100 ans Mais profitant du désordre de la Guerre de 100 ans, des bandes de pillards se répandent dans le Gâtinais, brûlant et saccageant tout sur leur passage : les murs du Prieuré furent presque complètement détruits, alors que la statue de la Vierge est épargnée.


3- Des ermites assassinés dans ce lieu solitaire Le pèlerinage marial continuait à rassembler la foule, et le miel des ruches était source d'une certaine prospérité : encore fallait-il la présence de religieux pour s'en occuper, accueillir les pèlerins et tirer l'eau de la Fontaine des Ermites, précieuse dans ce lieu aride. Aussi, en 1612, il est fait don des ruines du Prieuré aux Trinitaires-Mathurins qui confient imprudemment la chapelle à de simples gardiens. Après deux assassinats dans ce lieu isolé, Louis XIV fait abattre ce qui restait des bâtiments...


4- La Terreur de 1793 : la «Bande-à-Métier» sévit en forêt Notre-Dame de Franchard survivait… Elle dut, elle aussi, abandonner cet endroit solitaire. En effet, c'est en 1793, qu'un brave bûcheron l'a enlevée à l'ermitage-chapelle de Franchard, devant la menace d'une bande de terribles révolutionnaires (la-bande-à-Métier) qui arpentait la forêt et saccageait tous les signes religieux (beaucoup de croix et de petites statues de la Vierge). Pendant cette tournée de violences, l'abbaye somptueuse de Barbeau, en forêt, fut pillée et les ossements du roi Louis VII -qui s'y trouvaient conservés- ne furent sauvés que grâce au curé de Chartrettes qui avait pressenti l'expédition vengeresse… [ils ont été restitués en 1815 à la basilique Saint-Denis]


5- Cachée dans une brouette… Un bûcheron anonyme, donc, dévoué à la Mère de Dieu, sauva la statue en la dissimulant dans sa brouette et en la recouvrant de bois de chauffage. Mais la sculpture ne logeait pas complètement et il dut lui couper les pieds… Puis, pensant que ce serait le meilleur refuge, il la porta chez les religieuses de Saint-Vincent-de-Paul (Filles de la Charité de la rue Royale) où l'émotion fut grande et l'accueil chaleureux (2) ! On comprend que l'histoire du bûcheron se transmette encore dans la mémoire de la Communauté.


6- Réfugiée chez les Filles de la Charité de la rue Royale Les Sœurs gardèrent une grande discrétion sur ce cadeau « venu du ciel », mais en des temps meilleurs, l'évêque de Meaux accorda une indulgence (1864) de 40 jours à toute personne qui la visiterait en récitant une prière. Elles l'installèrent alors dans une grotte faite de rochers placée dans la cour de récréation des enfants.


7- Le miracle de la petite orpheline Un miracle a même été constaté, en 1875, lorsqu'une petite orpheline -atteinte d'une tumeur blanche au genou depuis six mois et incapable de marcher- fut guérie en terminant sa neuvaine à la Vierge et n'eut plus aucune séquelle par la suite pour se déplacer et jouer avec les autres.

8- 1890 : Une nouvelle vie à l' École Sainte-Marie Les nouvelles lois anticléricales de 1882 expulsèrent les Sœurs, leur école et l'orphelinat, des bâtiments qu'elles occupaient depuis Saint Vincent de Paul. Une dame généreuse les prit en pitié et leur céda son hôtel particulier, en 1890, à l'angle de la rue de France et de la rue Saint-Honoré. Notre-Dame de Franchard retrouva sa place dans une rocaille, contre le mur de la cour de récréation dans l'actuelle École Sainte-Marie (3), où les jeunes élèves ne manquaient pas de dire un « Ave » ((4) en passant devant la statue.


Ermitage de Franchard en Forêt de Fontainebleau - Source: Petit Patrimoine

9- Notre-Dame de Franchard est donnée à la Paroisse Saint-Louis La statue fut ainsi longtemps exposée aux intempéries avant qu'on ne lui assure protection en l'installant dans la chapelle des Sœurs, où elle était toujours lorsque que la Communauté dut quitter Fontainebleau (1982) : leurs cornettes faisaient partie du paysage familier de notre ville. Elles marquèrent leur départ en faisant don à l'église de la statue de Notre-Dame.

10- Exposée et vénérée dans la Chapelle de Franchard Dans le fond de l'église Saint-Louis, une « Chapelle de la Vierge » était aménagée, et on s'est empressé de donner la place d'honneur à Notre-Dame de Franchard, dans la niche existante, en enlevant la Vierge à l'Enfant en plâtre qui s'y trouvait depuis 1868 devant le vitrail du fond (5). Vers 1984, la chapelle prend le nom de N-D de Franchard, et les Archives diocésaines ouvrent un dossier de « classement » (6). La statue abîmée sera restaurée. Jusqu'au 9 janvier 2016, les messes de semaine et l'adoration eucharistique s'y tiennent régulièrement (7). Après l'incendie criminel du dimanche 10 janvier 2016, on a cru pendant quelques jours que cette statue de valeur avait été volée -aucune trace de N-D-, lorsque le vendredi 15 janvier suivant, la Commission d'Art Sacré découvre des morceaux de bois calcinés, seuls vestiges provenant de la statue.


Notre Dame de Franchard - Source: Thierry Gillalzeau (sculpteur)

#vacances

Les rencontres

Nous organisons tout au long de l'année différents événements sur le Sud de la Seine et Marne: salon, rencontres avec des auteurs, expositions. N’hésitez pas à consulter notre agenda: ICI

 

Ces rencontres sont ouvertes à tous et en entrée libre

N'hésitez pas à nous suivre aussi sur

  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon

© 2017 par "Regards Chrétiens. Créé par Nouveaux Mondes Production